vendredi 23 juin 2017

Une tasse de réconfort

 

Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. V.7
Une tasse de réconfort
Lisez : 2 Corinthiens 1.3‑11
La Bible en un an : ESTHER 3 – 5 et ACTES 5.22‑42

Une amie m’a envoyé des poteries qu’elle avait fabriquées. En ouvrant la boîte, j’ai vu que les précieux objets avaient été endommagés dans le transport. Il ne restait plus de l’une des tasses que quelques gros morceaux, un tas de tessons et des amas de poussière d’argile.

Après que mon mari a recollé le tout, j’ai disposé la superbe tasse endommagée sur une tablette. Comme cette poterie recollée, j’ai des cicatrices qui prouvent que je peux encore me tenir debout après les temps difficiles que Dieu m’a permis de surmonter. Cette tasse de consolation me rappelle que le fait d’exprimer en quoi le Seigneur a oeuvré dans et par ma vie peut en aider d’autres à surmonter leurs périodes éprouvantes.

L’apôtre Paul loue Dieu, qu’il dit être « le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation » (2 CO 1.3). Le Seigneur utilise nos épreuves et nos souffrances pour nous rendre plus semblables à lui. La consolation qu’il nous procure dans nos afflictions nous rend capables d’encourager les autres par le récit de ce qu’il a fait pour nous « dans toutes nos afflictions » (V. 4).

Dans les souffrances de Christ, puisons la force de persévérer malgré les nôtres, assurés que Dieu utilise notre vécu pour nous fortifier tous de manière à nous enseigner la patience et l’endurance (V. 5‑7). Comme Paul, trouvons une consolation dans le fait de savoir que le Seigneur récupère nos épreuves à sa gloire.

Dieu console autrui par le récit de notre propre consolation.

samedi 17 juin 2017

Maîtriser la colère

 

Maîtriser la colère
Lisez : 1 Samuel 24.1‑22 [Les] sages calment la colère (PR 29.8).
survol de la Bible: JEAN 1.35-51

Bien, je sens monter ta colère. Je suis sans défense. Prends ton arme, tu peux me terrasser avec toute la force de ta haine, et tu auras terminé ton voyage vers le côté obscur. » Cette réplique à faire frissonner a été donnée par l’acteur écossais Ian McDiarmid qui jouait le rôle de l’Empereur dans Star Wars : Le retour du Jedi. Dans cette scène mémorable, l’Empereur tente en vain de faire basculer le héros du film, Luke Skywalker, du côté obscur du mal. Toutefois, la colère seule ne suffisait pas à rendre Luke méchant. Cela est arrivé lorsqu’il a laissé la rage le consumer au point d’agir sous son emprise.

David aurait pu réagir à la colère meurtrière de Saül et laisser sa propre colère prendre le dessus (1 S 23.15).

Il aurait pu devenir enragé et tuer le roi qui en voulait à sa vie (24.4), mais il a préféré laisser la vie de Saül entre les mains de Dieu plutôt que de s’attaquer à lui (V. 10). Des siècles plus tard, Jésus a fait preuve d’une sainte colère lorsqu’il a renversé les tables et qu’il a utilisé un fouet pour chasser ceux qui faisaient un mauvais usage de la cour du Temple (MT 21.12,13 ; JN 2.13‑22). Jésus ne s’est pas laissé asservir par la colère ; il exposait sa nature parfaite et sainte. La colère peut être mauvaise (comme celle de Luke Skywalker) ou bonne (comme celle de Christ).

Il n’est pas agréable d’être victime de la colère de quelqu’un, surtout de la colère sainte de Dieu. Il peut toutefois être rassurant de savoir que la colère en elle-même n’est pas un péché. Ce qui fait toute la différence, c’est ce que nous faisons de notre colère : y céder ou non.

Aujourd’hui, il est probable que quelqu’un ou quelque chose nous remplira de colère. Lorsque cela arrivera, mettons en pratique cette vérité : « les sages calment la colère » (PR 29.8). Appuyons-nous sur le Saint-Esprit pour nous aider à faire grandir notre amour, notre patience et notre maîtrise de soi (GA 5.22‑24).

Lisez Matthieu 5.21‑25 et Jean 2.13‑22. Pensez à ce que Jésus dévoile au sujet de la colère et aux causes de sa colère sainte.
Avez-vous déjà cédé à la colère ou quelqu’un s’est-il déjà mis en colère contre vous ? Votre réaction ou celle de l’autre personne était-elle appropriée ? Que pouvez-vous apprendre de cette expérience ?

jeudi 8 juin 2017

Quelqu’un à toucher

  Quelqu’un à toucher

Lisez : Luc 5.12‑16
La Bible en un an : 2 SAMUEL 23 – 24 et LUC 19.1‑27

Les passagers d’un métro du Canada ont été les témoins de l’émouvante conclusion d’une situation tendue. Ils ont regardé une septuagénaire tendre gentiment la main à un jeune homme dont la voix forte et les propos dérangeants faisaient peur aux autres passagers. Par sa gentillesse, cette dame a apaisé l’homme, qui s’est effondré au sol et a éclaté en sanglots. La dame a reconnu par la suite avoir eu peur, mais en précisant ceci : « Je suis maman et il avait besoin que quelqu’un le touche. » Bien que le bon sens lui aurait dicté de garder ses distances, elle a couru le risque d’aimer.

Jésus comprend une telle compassion. Il n’a pas cédé à la peur comme les autres devant un homme désespéré, lépreux de surcroît, venu le supplier de le guérir. Il n’a d’ailleurs pas plus cédé à la peur comme c’était le cas des chefs religieux, qui ne pouvaient rien faire de plus que de condamner le malheureux pour avoir apporté sa lèpre dans le village (LÉ 13.45,46). Au lieu de cela, Jésus a tendu la main pour toucher quelqu’un que personne n’avait dû toucher depuis des années, de crainte de se faire infecter, et lui a apporté la guérison.

Heureusement, pour cet homme et pour nous, Jésus est venu nous offrir ce qu’aucune loi ne pourrait jamais offrir : le toucher de sa main et de son coeur.

Personne n’est trop perturbé ou impur pour que Jésus le touche.

par Mart DeHaan | See Other Authors

samedi 27 mai 2017

Apostagie

1531623_576938092382656_1563415253_n.jpg


L'Ancienne et la Nouvelle Croix

Par A.W. Tozer

Frank BartlemenDans les temps modernes, sans être annoncée et passant presque inaperçue, une nouvelle croix est apparue dans les milieux évangéliques. Elle ressemble à l'ancienne croix, tout en lui étant différente. Les similitudes sont superficielles mais les différences fondamentales.

De cette nouvelle croix a jailli une nouvelle philosophie de la vie chrétienne, et de cette nouvelle philosophie est née une nouvelle technique évangélique, un nouveau genre de réunion et une nouvelle manière de prêcher. Cette évangélisation nouvelle emploie le même langage que l'ancienne mais son contenu n'est pas pareil, l'accent ne porte plus sur les mêmes valeurs.

L'ancienne croix n'avait rien à voir avec le monde. Pour la chair orgueilleuse d'Adam, elle signifiait la fin du voyage. Elle exécutait la condamnation prononcée par la loi du Sinaï. La nouvelle croix ne s'oppose pas à la vieille nature pécheresse, elle en devient presque un complice : qu'on la comprenne bien, et la voilà source de plaisirs innocents, divertissements à souhait ! Elle laisse vivre Adam sans ingérence : la force motrice de sa vie n'est pas changée, il œuvre toujours pour son propre plaisir, seulement il préfère maintenant chanter des cantiques religieux et regarder des films religieux au lieu de chanter des chansons grossières et avaler des boissons enivrantes. Toujours l'accent est mis sur la facilité, à la différence près qu'on le vit à un niveau plus élevé, moralement sinon intellectuellement.

La nouvelle croix encourage une nouvelle attitude évangélique où l'on ne reconnaît plus l'ancienne. L'évangéliste n'exige plus de son auditeur qu'il renonce à lui-même avant de recevoir la vie nouvelle. Il ne prêche plus les contrastes mais insiste sur les similitudes. Il cherche l'intérêt du public en démontrant que le christianisme n'a pas d'exigences désagréables, qu'il offre plutôt les mêmes distractions que le monde, seulement à un niveau plus élevé !

Ce que demande un monde enivré par le péché est habilement démontré comme étant exactement ce qu'offre l'Evangile, mais le produit religieux est supérieur.

La nouvelle croix ne brise pas le pécheur : elle ennoblit les caractéristiques de sa vieille nature pour les mettre au service de sa foi, service qui s'annonce dès lors enthousiasmant puisqu'elle épargne son amour propre. Au type agressif elle dit : "Viens et sois agressif pour Christ !" A l'orgueilleux elle dit : "Viens et glorifie-toi pour Christ !" A celui qui cherche les fortes émotions elle dit : "Viens goûter la communion chrétienne, c'est si passionnant !" Le message chrétien est ainsi modifié selon la mode du jour pour être acceptable au public.

La philosophie derrière cette idée est peut-être sincère, mais cette sincérité ne l'empêche pas d'être fausse. Elle est fausse parce qu'elle est aveugle. Elle ne voit pas du tout le sens de la croix.

L'ancienne est un symbole de mort. Elle représente la fin subite et violente d'un être humain. Au temps des Romains, celui qui sortait chargé de sa croix, avait déjà fait ses adieux. Il ne reviendra plus. C'était pour lui la fin de tout. L'homme entier était mis à mort, totalement et pour de bon. Elle ne restait pas en bons termes avec sa victime. Elle frappait cruellement et durement, et lorsqu'elle avait terminé sa besogne, l'homme n'était plus. La race d'Adam est sous la sentence de la mort; il n'y a commutation de peine ni délivrance. Dieu ne peut approuver aucun des fruits du péché, si innocents qu'ils puissent paraître aux yeux des hommes. Dieu récupère le pécheur en le faisant mourir à lui-même pour le ressusciter ensuite en résurrection de vie. L'évangélisation qui cherche des parallèles bénins entre les voies de Dieu et les voies des hommes trahit l'Evangile et trompe les auditeurs. La foi en Christ ne s'accommode pas du monde mais le condamne. En venant au Seigneur nous ne rehaussons pas le niveau de notre nature adamique, nous la laissons à la croix. Le grain de blé doit tomber dans la terre et y mourir.

Nous qui prêchons l'Evangile, nous ne devons pas nous considérer comme des agents de publicité envoyés pour établir une meilleure collaboration entre Christ et le monde. Il ne faut pas nous imaginer que nous sommes chargés de rendre Christ acceptable au monde des affaires, à la presse, au monde du sport ou à l'éducation moderne. Nous ne sommes pas des diplomates mais des prophètes. Nous n'annonçons pas une compromission mais un dernier avertissement. Dieu nous offre la vie et non pas l'amélioration de notre ancienne existence. La vie qu'Il offre est la vie sortie de la mort. Elle se tient toujours de l'autre côté de la croix. Quiconque veut la posséder doit passer par cette croix, se renier lui-même et accepter de Dieu sa juste condamnation. Qu'est-ce que cela signifie pour celui qui veut trouver la vie en Jésus-Christ ? Comment lui traduire cette théologie en termes de vie ? Qu'il se repente simplement et qu'il mette en Dieu toute sa confiance ! Qu'il ne cherche pas un arrangement avec Dieu, mais courbe la tête sous le coup de la désapprobation sévère de Dieu et s'avoue digne de la mort.

Ayant fait cela, qu'il regarde, dans une confiance absolue au Sauveur ressuscité, et de Lui jailliront la vie, la régénération, la purification et la puissance. La croix, qui a mis un terme à la vie terrestre de Jésus, maintenant met à mort le pécheur et la puissance qui a fait ressusciter Christ d'entre les morts le ressuscite pour une vie nouvelle avec Christ.

A celui qui proteste ou considère que c'est ici une vision étroite et personnelle de la vérité, laissez-moi lui dire que Dieu a mis le sceau de son approbation sur ce message depuis les jours de Paul jusqu'à présent. C'est le contenu de toute la prédication qui a apporté la vie et la puissance au monde à travers les siècles. Les mystiques, les réformateurs et les prédicateurs du réveil mettaient l'accent sur ce message et des signes, des miracles et des opérations de la puissance du Saint-Esprit témoignaient de l'approbation de Dieu.

Oserons-nous, nous qui sommes héritiers d'un tel legs de puissance, toucher négligemment à la vérité ? Oserons-nous, avec nos crayons rouges, effacer les lignes du plan ou changer le modèle sur la montagne ? Loin de là ! Prêchons l'ancienne croix et nous connaîtrons l'ancienne puissance.

Référence: "La Voix dans le Désert"

                                                        

vendredi 19 mai 2017

Vêtu par Dieu

 

Vois, je t’enlève ton iniquité, et je te revêts d’habits de fête. V. 4
Vêtu par Dieu
Lisez : Zacharie 3
La Bible en un an : 1 CHRONIQUES 4 – 6 et JEAN 6.1‑21

Lorsque mes enfants étaient tout petits, ils jouaient dehors dans notre jardin anglais au sol détrempé, où ils ne tardaient pas à être couverts de boue et de terre. Pour leur bien et celui de mon plancher, je retirais leurs vêtements à la porte et les enveloppais dans des serviettes avant de les plonger dans la baignoire. En y mettant savon, eau et câlins, je les faisais vite passer de la saleté à la propreté.

Dans une vision accordée à Zacharie, nous voyons le souverain sacrificateur Josué vêtu de haillons, qui représentent ses péchés et ses fautes (ZA 3.3). Le Seigneur le purifie en lui retirant ses vêtements sales et en le revêtant de vêtements purs (3.5). Les nouveaux turban et vêtements signifient que le Seigneur l’a lavé de ses péchés.

Nous pouvons nous aussi nous faire purifier par Dieu tandis que l’oeuvre salvatrice de Jésus nous délivre de nos fautes. Par sa mort sur la croix, Christ nous lave de la boue et du péché qui nous enveloppent pour les remplacer par les vêtements purs qui conviennent aux fils et aux filles de Dieu. Nous cessons dès lors de nous définir par nos fautes passées (mensonges, médisance, vols, convoitise ou autres), et nous pouvons réclamer à Dieu les qualificatifs qu’il donne à ceux qu’il aime : restauré, renouvelé, purifié et libre.

Demandez à Dieu de vous retirer vos vêtements sales actuels afin de revêtir à votre tour la garde‑robe qu’il vous réserve.

Qui peut me laver de mes péchés ? Jésus !

lundi 8 mai 2017

Luttes spirituelles

 Luttes spirituelles

Lisez : Hébreux 12.5‑12 [Il] nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit (TIT 3.5).
survol de la Bible: ESTHER 5.1‑14

Il est possible qu’Albert Einstein ait souffert du syndrome de l’imposteur, une tendance chez les gens accomplis à se percevoir comme des usurpateurs. Il a dit : « Je dois avouer que l’estime exagérée dans laquelle on tient mon travail me met parfois très mal à l’aise ». Rares sont ceux qui remettraient en doute la contribution d’Einstein au domaine de la physique. Si lui-même doutait de son travail, qu’en est-il de nous ?

L’opposé du syndrome de l’imposteur est l’effet Dunning-Kruger, selon lequel les gens moins qualifiés surestiment leurs compétences. Autrement dit, les ignorants ignorent leurs propres inaptitudes, tandis que ceux qui doutent de leurs aptitudes sont souvent ceux qui performent le mieux.

Il y a un lien évident entre ces syndromes et notre vie spirituelle. Être conscient de nos luttes spirituelles et avoir des doutes est bon signe ; cela veut dire que notre spiritualité est toujours vivante. C’est lorsque notre vie spirituelle nous satisfait que nous sommes spirituellement mort. L’auteur de l’Épître aux Hébreux nous amène à considérer notre lutte comme étant positive. Il a dit : « [Vous] avez oublié cette parole d’encouragement que Dieu vous adresse comme à des fils » (HÉ 12.5 ; Semeur). Puis, il a fait remarquer la façon dont Dieu discipline et corrige ses véritables enfants. « Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils » (V. 8). Ce sont des paroles fortes qui nous aident à comprendre que nous avons besoin de la correction divine !

Heureusement, notre bien-être spirituel n’est pas lié à nos compétences. Nous sommes totalement dépendants de l’amour de Dieu et de l’oeuvre de Jésus sur la croix. « [Lorsque] la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde » (TIT 3.4,5).

Dieu vous accompagne dans vos luttes spirituelles. Vous n’êtes pas un imposteur !

Lisez Éphésiens 2.8‑10 et voyez ce que Paul a écrit au sujet de l’oeuvre de Jésus pour notre salut et de notre responsabilité de le servir.
Dans vos luttes spirituelles, comment réagissez-vous ? Vous tournez-vous vers Dieu et vers les autres croyants ? Vous appuyez-vous sur votre propre force ? Comment puisez-vous dans la sagesse et les conseils de Dieu ?

lundi 1 mai 2017

DES QUESTIONS POUR DIEU

Des questions pour Dieu

Va avec cette force que tu as [...] je serai avec toi. V.14,16
Des questions pour Dieu
Lisez : Juges 6.11‑16,24
La Bible en un an : 1 ROIS 10 – 11 et LUC 21.20‑38

Comment réagiriez-vous si le Seigneur interrompait votre journée de travail en vous communiquant un message ? Or, cela est arrivé à Gédéon, un Israélite de l’Antiquité. « L’ange de l’Éternel lui apparut, et lui dit : L’Éternel est avec toi, vaillant héros ! Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, si l’Éternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont‑elles arrivées ? » (JG 6.12,13.) Gédéon voulait savoir pourquoi Dieu semblait avoir abandonné son peuple.

Dieu a laissé cette question sans réponse. Même si Gédéon avait subi les attaques de ses ennemis, avait souffert de la faim et avait dû vivre caché dans des grottes pendant sept ans, Dieu ne lui a jamais expliqué pourquoi il n’était pas intervenu. Dieu aurait pu évoquer les péchés passés d’Israël à cet effet, mais il a préféré donner à Gédéon un avenir à espérer : « Va avec cette force que tu as […] je serai avec toi, et tu battras Madian » (V. 14,16).

Vous êtes‑vous déjà demandé pourquoi Dieu permet que vous souffriez ? Au lieu de répondre à cette question précise, il se peut que Dieu vous donne satisfaction en vous faisant ressentir sa proximité aujourd’hui et en vous rappelant que vous pouvez compter sur sa force quand vous vous sentez faible. Lorsque Gédéon a fini par croire que Dieu était à ses côtés et allait lui venir en aide, il a érigé un autel qu’il a nommé « l’Éternel paix » (V. 24).

Le fait de savoir que, quoi que nous fassions et où que nous allions, le Dieu qui a promis de ne jamais nous délaisser ni nous abandonner sera toujours avec nous a de quoi nous apaiser.

Se fier à un Dieu bon et puissant, voilà la réponse à tout.

dimanche 23 avril 2017

Le piano qui rapetissait

 

Le piano qui rapetissait
Lisez : Philippiens 1.1‑11 | La Bible en un an : 2 SAMUEL 16 – 18 et LUC 17.20‑37

Celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. V.6

Durant trois années consécutives, mon fils a participé à un récital de piano. L’année dernière, je l’ai regardé monter les marches et installer ses partitions. Il a joué deux morceaux, puis il est venu s’asseoir à côté de moi et m’a murmuré : « Maman, cette année, le piano était plus petit. » À cela, j’ai répondu : « Non, c’est le même piano sur lequel tu as joué l’année dernière. C’est que tu as grandi ! »

Comme la croissance physique, la croissance spirituelle se produit souvent petit à petit. Il s’agit d’un processus continu qui nous amène à ressembler davantage à Jésus à mesure qu’il nous transforme par le renouvellement de notre esprit (RO 12.2).

L’action du Saint‑Esprit en nous peut nous conscientiser à nos péchés. Désireux d’honorer Dieu, nous nous efforçons alors de changer, parfois en y parvenant, mais d’autres fois, en vain. Et si rien ne semble changer, nous nous décourageons. Il se peut que nous fassions une équation entre l’échec et le manque de progrès, alors que l’échec est souvent la preuve même du fait que nous sommes en pleine progression.

La croissance spirituelle exige l’action du Saint‑Esprit, le désir de changer et du temps. Il nous arrive de regarder en arrière et de voir que nous avons grandi spirituellement. Puisse Dieu nous donner de continuer à croire que « celui qui a commencé en [nous] cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus‑Christ » (PH 1.6).

La croissance spirituelle constitue une progression.

dimanche 16 avril 2017

Il nous aime et nous comprend

  Il nous aime et nous comprend


Lisez : Ésaïe 53.1‑8 | La Bible en un an : 1 SAMUEL 30 – 31 et LUC 13.23‑35

C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé. V.4

Lorsqu’on lui a demandé s’il trouvait que l’ignorance et l’apathie étaient problématiques au sein de la société moderne, un homme a répondu à la blague : « Je l’ignore et je m’en fous. »

J’imagine que beaucoup de gens sont découragés de constater l’état du monde actuel et de la population mondiale. Reste que Jésus comprend notre perplexité et notre inquiétude, et qu’il tient à nous en soulager. La prophétie vétérotestamentaire de la crucifixion de Jésus nous donne un aperçu de ce qu’il a subi pour nous : « Il a été maltraité et opprimé […] semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie […] et frappé pour les péchés de [son] peuple » (ÉS 53.7,8). Par ailleurs, « [il] a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance […] Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l’oeuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains » (V. 10).

Sur la croix, Jésus a porté nos péchés et notre culpabilité de son plein gré. Personne n’a jamais souffert davantage que notre Seigneur l’a fait pour nous. Il savait ce qui lui en coûterait pour nous sauver de nos péchés et, par amour, il a choisi d’en payer le prix (V. 4‑6).

Étant donné que Jésus est ressuscité des morts, il est vivant et présent au milieu de nous aujourd’hui. Quelle que soit la situation que nous devons affronter, Jésus nous comprend et se préoccupe de nous. Or, cette vérité nous permettra de tout surmonter.

Il n’est point ici, mais il est ressuscité. LUC 24.6

dimanche 9 avril 2017

Vous êtes qualifié(e) pour le job

1535686_852025864822025_4913565452027279014_n.jpg

 

« Dieu a choisi » 1Co 1.27

Dimanche 9 Avril 2017

Ce sont souvent nos différences qui attirent les gens, pas nos ressemblances. Alors ne passez pas à côté d'eux en sous-estimant ce que Dieu vous a donné pour subvenir à leurs besoins. Les disciples ne se sont pas fondus dans la masse, ils sont sortis du lot, et leurs contemporains « les reconnaissaient pour avoir été avec Jésus » (Ac 4.13). Ils prêchaient son message, utilisaient ses méthodes et accomplissaient ses miracles. « Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens » (Ac 11.26). C'est parce qu'ils parlaient et agissaient comme le Christ. Quel compliment ! Quelle vocation ! Quel défi ! Parce qu'une servante a parlé de Dieu à un Général syrien, ce dernier a été guéri de la lèpre (voir 2R 5). Parce que Joseph pouvait seul interpréter les rêves de Pharaon, il a sauvé le monde de la famine (voir Ge 41). Parce qu'un garçon a offert à Jésus tout ce qu'il avait, soit cinq pains et deux poissons, une foule affamée a été nourrie miraculeusement (voir Mr 6.34-44). Tous les recruteurs ont des outils qui leur permettent de découvrir des gens qualifiés pour un emploi. Mais c'est différent dans le royaume de Dieu. Lorsque Dieu vous appelle, il vous équipe. Pensez-vous ne pas avoir les compétences ? Qui vous a dit ça ? Sûrement pas Dieu ! La Bible affirme : « Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages, [...] les choses faibles du monde pour confondre les fortes, [...] afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu » (1Co 1.27-29). Alors voici votre parole du jour : vous êtes qualifié(e) pour le job !

 BOB GASS

dimanche 2 avril 2017

Message D' Encouragement

Nicky CRUZ - Message d'encouragement

www.impactgospelvision.net/nicky-cruz-message-dencouragement ( cliquer sur la banniére Nicky -Cruz  message d'encouragement pour voir le message )

samedi 25 mars 2017

Pas lui !

Pas lui !
Lisez : 1 Chroniques 17.1‑4, 16‑25 | La Bible en un an : Josué 19 – 21 et Luc 2.25-52
[Agis] selon ta parole ! Qu’elle subsiste, afin que ton nom soit à jamais glorifié. V. 23,24

David en avait tracé les plans, conçu les meubles et trouvé les matériaux. Or, même s’il avait tout prévu (Voir 1 CH 28.11‑19), la construction du premier Temple de Jérusalem est attribuée à Salomon, et non à lui. Dieu lui avait dit : « Ce ne sera pas toi » (1 CH 17.4), car il avait choisi Salomon, son fils, pour bâtir le Temple. David a réagi de façon exemplaire à ce déni divin, se concentrant sur ce que Dieu ferait plutôt que sur ce qu’il ne pouvait lui‑même faire (1 CH 17.16‑25). Nourrissant une attitude de reconnaissance, il a tout fait pour rallier des hommes capables à la cause de la construction du Temple sous Salomon (Voir 1 CH 22).

Le commentateur biblique J. G. McConville a écrit : « Il arrive souvent que nous devions accepter que le travail que nous aurions tant aimé accomplir en matière de service chrétien ne soit pas celui pour lequel nous avons été le mieux formés ni celui auquel Dieu nous a appelés en réalité. Il se peut que nous soit confié, comme cela a été le cas de David, un travail préparatoire conduisant à quelque chose de manifestement plus grand. »

David cherchait la gloire de Dieu, et non la sienne. Il a fidèlement veillé à ce que le Temple de Dieu se réalise, créant un solide fondement à celui qui viendrait après lui pour achever le travail. Comme lui, puissions‑nous accepter d’accomplir les tâches que Dieu a choisi de nous confier et le servir d’un coeur reconnaissant ! Notre Dieu bienveillant est en train d’accomplir une chose « manifestement plus grande ».

Même si Dieu tait le but de ses voies, celles‑ci ne sont pas sans but.

samedi 18 mars 2017

Faire tout le contraire

 

Faire tout le contraire
Lisez : Colossiens 2.20 – 3.4 | La Bible en un an : Ésaïe 34 – 36 et Colossiens 2

Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Colossiens 3.3

L’excursion dans le désert peut sembler intimidante, mais pour les adeptes de plein air, cela ne fait qu’accroître son attrait. Comme les randonneurs ont besoin de plus d’eau qu’ils ne peuvent en transporter, ils achètent des bouteilles avec filtre intégré pour puiser aux sources d’eau chemin faisant. Reste que l’utilisation de tels contenants semble paradoxale. Même si l’on renverse la bouteille, pas une seule goutte n’en coule. Le randonneur assoiffé doit souffler dans la bouteille pour forcer l’eau à traverser le filtre. La réalité est donc contraire à ce qui semble naturel.

En suivant Jésus, nous tombons souvent sur des paradoxes. Paul en a d’ailleurs signalé un exemple : le fait d’observer les règles ne nous rapprochera pas de Dieu. À ce sujet, il a demandé : « [Pourquoi], comme si vous viviez dans le monde, vous impose‑t‑on ces préceptes : Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas ! préceptes qui […] ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ? » (COL 2.20‑22.)

Que faire, alors ? Selon Paul : « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut » (3.1), ce à quoi il ajoute : « Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu » (V. 3).

Nous devons nous considérer nous‑mêmes « morts » aux valeurs du monde et vivants pour Christ. Nous aspirons maintenant à un mode de vie répondant aux exigences de celui qui a dit : « Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur » (MT 20.26).

« Dieu a choisi les choses faibles du monde
pour confondre les sages. »

 

 

jeudi 9 mars 2017

Entendre Dieu

Entendre Dieu

  

 
Lisez : 1 Samuel 3.1‑10 | La Bible en un an : Jérémie 20 – 21 et 2 Timothée 4
Et Samuel répondit : Parle, car ton serviteur écoute. V.   10

J’avais l’impression d’être sous l’eau, car mon rhume et mes allergies étouffaient les sons. M’efforcer de bien entendre pendant des semaines m’a fait comprendre combien je tiens mon ouïe pour acquise.

Le jeune Samuel a dû se demander dans le Temple ce qu’il entendait, en sortant difficilement du sommeil au son de son nom (1 S 3.4). Trois fois, il s’est présenté devant le souverain sacrificateur Éli. Et ce n’est qu’à la troisième occasion qu’Éli a compris que c’était Dieu qui s’adressait à Samuel. La Parole du Seigneur se faisait rarement entendre à l’époque (V. 1) et le peuple n’avait pas pour habitude de lui tendre l’oreille. Reste qu’Éli a montré à Samuel comment répondre à Dieu (V. 9).

Le Seigneur parle beaucoup plus de nos jours que du temps de Samuel. L’épître aux Hébreux nous dit : « Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils » (1.1,2). Dans Actes 2, nous lisons au sujet de la venue du Saint‑Esprit à la Pentecôte (V. 1‑4) qu’il nous guide au fil des enseignements de Christ (JN 16.13). Nous devons toutefois apprendre à entendre sa voix et à lui obéir. Comme lorsque j’étais enrhumée, nous l’entendons peut‑être avec l’impression d’être sous l’eau. Il nous faut examiner tout ce que nous croyons recevoir de Dieu à la lumière de la Bible et des conseils de chrétiens mûrs. Par amour pour ses enfants, Dieu se plaît à insuffler la vie en eux.

Le Seigneur parle à ses enfants, mais ils doivent discerner sa voix.

samedi 25 février 2017

Juste avant la victoire

 

 

JUSTE AVANT LA VICTOIRE
by David Wilkerson



 Si vous expérimentez le trouble, le chagrin et la souffrance, il se peut que     Dieu  emploie ces moyens pour travailler dans votre être intérieur selon ses desseins. Il s’agit le plus souvent du travail souverain de notre Dieu qui révèle un plan parfait connu de lui seul. Au travers de toutes les souffrances du peuple de Dieu, Il est à l'œuvre. Le miracle suit de près les épreuves.


Etudiez votre bible et vous y verrez le même schéma se reproduire dans les vies de tous ceux qui font partie du peuple de Dieu. Dans chacun des cas, quand Dieu commençait à accomplir sa promesse, tout semblait d'abord s'écrouler autour d'eux !


Rappelez vous de Daniel et des trois jeunes Hébreux. Ils se sont offerts eux-mêmes à une vie de sainteté et de séparation du monde et de ses plaisirs. Daniel s’était lui-même engagé dans une vie de prière, de larmes et d’intercession mais qu'est-ce que cela lui a rapporté, à lui et à ses trois amis Hébreux ? L’épreuve, juste avant la victoire !


Tu n'iras pas de l’endroit secret de la prière au sommet de la montagne de la victoire, tu iras dans la fosse aux lions. Tu n'iras pas de la consécration à une vie faite uniquement de facilité et de bénédictions, tu iras dans la fournaise ardente. Ces hommes n’avaient pas peur de rencontrer le chagrin et la souffrance parce qu’ils savaient que tout finit toujours en Dieu, qui a ses propres voies. Il fallait rencontrer des lions et passer par la fournaise ardente pour atteindre la volonté parfaite de Dieu.


Souviens-toi d’Elisée. Dieu lui avait donné la glorieuse promesse d’un réveil spirituel dans le pays, de l'effusion d'une pluie abondante, d’un jour nouveau de victoire pour le peuple de Dieu, et de la chute d’Achab et de Jézabel. Mais regarde le trouble qui a explosé dès que la promesse a été donnée. Jézabel menaçait sa vie, le poussant à se cacher dans les montagnes. Les puissances mauvaises tuèrent les prophètes de Dieu et le pays continua dans la méchanceté et la sécheresse. En fait, la Parole de Dieu semblait être une mauvaise farce.


Peux-tu imaginer combien Elisée a dû être confus ? « Quelle est cette réponse à la prière ? J’ai tout abandonné. Où est le Seigneur ? Sa promesse a-t-elle échouée ? » mais pendant tout ce temps-là, Dieu faisait exactement ce qu’il avait dit qu’il ferait. Le trouble devait rapidement passer et la réponse devait bientôt arriver.


Christ a laissé à ses disciples une promesse qui aurait dû les faire passer au-delà de tout trouble et de toute peine, mais ils étaient tellement désemparés qu’ils ne s’en rappelèrent pas. Il leur avait dit : « Après ma résurrection, je vous précèderai en Galilée » (Matthieu 26:32)


En d’autres termes, « N’essayez pas de comprendre. Ne vous posez pas de questions en ces temps de trouble. Ce n’est pas votre combat. Dieu est à l’œuvre ! Quand tout sera fini, j’irai encore devant vous. Votre berger sera toujours là. » Quelle parole pleine d’encouragement !






Read this devotion online: http://www.worldchallenge.org/fr/node/13312

 

samedi 18 février 2017

Au bout du rouleau ?

  

                                                                                             

                       

 

Etes-vous au bout du rouleau?

 

Fatigué, abattu, sur le point d’abandonner ?


Je vous lance le défi de répondre aux questions suivantes par un simple oui ou non :


• Est-ce que la Parole de Dieu nous promet de répondre à tous nos besoins ? Jésus a t-il dit qu’il ne nous abandonnera jamais et qu’il sera avec nous jusqu’à la fin des temps ?


• A-t-il déclaré qu’il nous gardera de chuter et qu’il nous présentera sans faute devant le trône du Père ?


• A-t-il dit qu’il pourvoira à tous nos besoins à tout moment ? A-t-il promis de nous donner tout ce qu’il faut pour répandre l’Evangile ?


• Est-il plus disposé à vous donner que vous êtes prêt à recevoir ? Celui qui est en vous est-il plus grand que celui qui est dans le monde ?


• Ces pensées à votre sujet sont-elles bonnes ? Est-il celui qui récompense ceux qui le cherchent avec ferveur ?


• Est-il en train de vous préparer une place dans la gloire ? Est-il celui qui vient sur les nuées pour ramener son peuple à la maison ? Partirez-vous avec lui lorsqu’il viendra ?

 


Votre réponse à toutes ces question devrait être :

 

 

“Oui, absolument ! ”


A présent, faites un bilan, interrogez-vous : est-ce que je crois véritablement que Dieu est fidèle à sa parole ou suis-je ébranlé(e) dans ma foi ?


« Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.



Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu'il l'a demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur. (Jacques 1:2-7).

 


Vous pouvez vous emparer de la Sagesse de Dieu, celle qui permet de résoudre tous les problèmes de la vie si vous croyez sans douter en fondant votre vie entière ainsi que votre futur sur ses promesses.

Dieu a donné à tous les hommes…avec libéralité…la sagesse.

      David Wilkerson                                                                                         

 

samedi 11 février 2017

Éprouvé et purifié

Éprouvé et purifié
Lisez : Job 23.1‑12 | La Bible en un an : Exode 39 – 40 et Matthieu 23.23-39

[S’il] m’éprouvait, je sortirais pur comme l’or. V. 10

Lors d’une entrevue, la chanteuse et compositrice Meredith Andrews a dit s’être sentie dépassée en cherchant à équilibrer évangélisation, travail de création, problèmes conjugaux et maternité. En réfléchissant à sa détresse, elle a déclaré : « J’avais l’impression que Dieu me faisait traverser une période d’affinement, un processus consistant presque à m’écraser. »

Après avoir perdu son gagne‑pain, sa santé et sa famille, Job a eu le sentiment d’avoir perdu ses repères. Pire encore, même s’il avait rendu un culte à Dieu tous les jours de sa vie, c’était comme si le Seigneur ne faisait aucun cas de ses cris à l’aide. Dieu semblait briller par son absence dans sa vie, si bien que Job n’aurait su dire s’il regardait vers le nord, le sud, l’est ou l’ouest (JOB 23.2‑9).

Au coeur du désespoir, Job a eu un instant de lucidité. Sa foi s’est ranimée comme une bougie dans une pièce obscure. À ce sujet, il a dit : « Il sait néanmoins quelle voie j’ai suivie ; et, s’il m’éprouvait, je sortirais pur comme l’or » (V. 10). Lorsque Dieu se sert de difficultés pour faire passer par le feu notre suffisance, notre orgueil et notre sagesse terrestre, nous en sortons éprouvés et purifiés. Même s’il nous semble garder le silence durant ce processus et ne pas répondre à nos cris à l’aide, il se peut qu’il donne ainsi l’occasion à notre foi de s’affermir.

Souffrances et revers peuvent engendrer le caractère brillant et sûr que donne la foi en Dieu faisant tout surmonter.

Les temps qui éprouvent la foi peuvent aussi l’affermir.

dimanche 5 février 2017

ABSTINENCE

1510902_714073865310731_1801080751_n.jpg

 L'Abstinence est un renoncement volontaire et durable à la satisfaction d'un appétit ou d'une envie. Dans la plupart des cas , le terme désigne l'abstinence de rapport sexuels , d'alcool , de tabac .

Voire d'un type de nourriture ou d'une pratique addictive, cette pratique peut résulter d'interdits religieux ( vœu de chasteté chez certains religieux ) , de considérations pratiques, philosophique, voire politiques.


                                                                                    Adultère


Lévitique 20 verset 10  ; Ezéchiel 16 verset 38 ; Osée 3 verset 1 ; Matthieu 12 verset 12 verset 39 ; Hébreux 13 verset 4 ; Jérémie 23 verset 10; 1 Corinthiens 6 verset 9 ; Jacques 4 verset 4.

                                                                       

                                                                                   Amertume  

 Romains 1 verset 20 ; Job 21 verset 25 ; Proverbes 17 verset 25; Romains 3 verset 14 ; Hébreux 12 verset 15 ; Esaie 5 verset 20 ; Ephésiens 4 verset 31.


                                                                                       Argent


                Proverbes 8 verset 10; Ecclésiaste 5 verset 9; Actes 8 verset 20 ; 1Timothée 6 verset 10.


 

                                                                                  Arrogance

                                                   Psaumes 94; Proverbes 8 verset 13 .


                                                                                 Astrologue


                                                                           Jérémie 27 verset 9.


                                                                                   Attrister


                                                                                  Ephésiens 4 .



                                                                                        Avarice


                                                                                 Luc 12 verset 15 .



                                                                                     Avidité


                                                                                  Proverbes 10


 

                                                                                   Blasphème


                                                  Lévitique 24 verset 16 ; Apocalypse 16 verset 11 .



                                                                                  Calamité


                                                           Job 6 verset 2 ; Proverbes 19 verset 13.


Ecrit et méditer par Serviteur777 ou  Dominique -Maillet



dimanche 29 janvier 2017

Pauvreté

 147-1200x625.jpg

C'est bien un mot , qui fait du mal à beaucoup de personnes dans ce monde, mais aussi dans le domaine chrétien.

 Proverbes 6 verset 10 -11 : Un peu de sommeil , un peu d'assouplissement , un peu croiser les mains pour dormir ! ...

 ET la pauvreté te surprendra , comme un rodeur, et la disette , comme un homme en armes.

 Car la pauvreté n'est pas toujours dans le conteste de cela : argent, habits, maison , matériel , nourriture .

Proverbes 30 verset 8-9 : Eloigne de moi la fausseté et la parole mensongère ; ne me donne ni pauvreté , ni richesse , Accorde -moi le pain qui m'est nécessaire, de peur que , dans l'abondance , je ne te renie.

Et ne dise : qui est l'Eternel ?

 Nos richesses dans les épreuves , combats ( familles, enfants, mari, femme, collègue, travail, patron ) sont plus grandes et forte que toute pauvreté.

2 Corinthiens 8 verset 1 à 5 : Nous vous faisons connaître , frères, la grâce de Dieu qui s'est manifestée dans les Eglises de la Macédoine .A travers la grande épreuve de leur afflictions , leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches  libéralités de leur part. Ils ont , je l'atteste , donné volontairement selon leur moyens , et même au-delà   de leur moyens , nous  demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l'assistance destinée aux saints .Et non seulement ils  ont contribué comme nous l'espérions , mais ils se sont d'abord donnés eux -même au Seigneur , puis à nous , par la volonté de Dieu.

2 Corinthiens 8 verset 9 à 14 : Car vous connaissez la grâce notre Seigneur Jésus -Christ , qui pour vous s'est fait pauvre , de riche qu'il était , afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. C'est un avis que je donne là dessus , car cela vous convient , à vous qui non seulement avez commencé  à agir, mais qui en avez eu la volonté dés l'année derniére.Achevez donc maintenant d'agir, afin que l'accomplissement selon vos moyens répondre à l'empressement que vous avez mis à vouloir.

La bonne volonté , quand elle existe , est agréable en raison de ce qu'elle peut avoir à sa disposition , et non de ce qu'elle n'a pas.Car il s'agit , non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d'égalité: dans la circonstance présente votre superflu pourvoir pareillement aux votres , en sorte qu'il y ait égalité , selon si beaucoup n'avait rien de trop , et celui qui avait ramassé peu n'en manquait pas.

Apocalypse 2 verset 9 : Je connais ton affiction et ta pauvreté ( bien que tu sois riche ) , et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juif  et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan . .

Ne crains pas ce que tu vas souffrir. 

Si nous passons plus de temps et d'énergie ( télévision , jeux , loisir , Etc .... )que je me plaigne pas , et que nous-nous plaignions pas de notre pauvreté spirituelle, alors que la Parole de Dieu " La Bible " nous donne tout les mets pour combattre dans la priére , la foi , l'obéissance en ne pas faire , que les écouter , mais bien en les mettant en pratique .

Que le Seigneur par son Esprit,  nous aide à chacun et chacune

Ce message écrit et méditer par Serviteur777 ou Dominique -Maillet 

 

 

 

 

 

lundi 23 janvier 2017

Détox de l'âme fin de la série

Circle-left-arrow

Méditation quotidienne

Il est très facile de se laisser piéger par des toxines culturelles car nous avons tendance à les rationaliser dans notre esprit. La plupart d'entre nous avons probablement déjà eu la pensée suivante : ce qui est dangereux pour toi ne l'est pas forcément pour moi. Paul nous dit dans 1 Corinthiens 6 que ce n'est pas parce que nous pouvons que nous devons le faire. ⏎ ⏎ Sur quels standards vous basez-vous afin de filtrer ces toxines culturelles hors de votre vie ? A quel point vos valeurs sont-elles en phase avec celles de Dieu?

Lire Première lettre aux Corinthiens 6

12 Certains disent : « Tout m’est permis. » Oui, mais tout n’est pas bon pour vous. « Tout m’est permis », c’est vrai, mais je ne veux pas être esclave de quelque chose. 13 Vous dites aussi : « La nourriture est pour le ventre, et le ventre est pour la nourriture. » Oui, mais Dieu détruira la nourriture et le ventre. D’autre part, on ne peut pas faire n’importe quoi avec son corps. Le corps est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps. 14 Dieu a réveillé de la mort le Seigneur, et nous aussi, il nous réveillera de la mort par sa puissance.

   Lire Deuxième lettre aux Corinthiens 6
17 C’est pourquoi le Seigneur Dieu dit :« Quittez ces gens-là et allez loin d’eux !Ne touchez pas à ce qui est impur,et moi, je vous accueillerai. »18 Le Seigneur tout-puissant dit encore :« Je serai pour vous un père,et vous serez pour moi des fils et des filles. »


- page 1 de 50